automatisme de portail, comment ça marche ?

Le portail peut accueillir un système de motorisation comme les autres types d’ouverture. Un automatisme de portail est un dispositif avec une mise en œuvre plus ou moins facile. Celui-ci apporte confort et sécurité.

La domotique rassemble les techniques visant à automatiser ou motoriser différents éléments de l’habitat. Cette automatisation possède pour objectif de renforcer la sécurité de l’habitat, améliorer le confort ou une optimisation des performances énergétiques. Les motorisations de portail sont des solutions domotiques. Celles-ci améliorent le confort quotidien de ses usagers. L’appareil évite en effet de devoir manipuler un lourd vantail pour ouvrir ou fermer le portail. La présence d’une telle installation offre aussi un gain de temps considérable. Le pilotage à distance fait partie des fonctionnalités qui rendent le dispositif incontournable. Vous pouvez contrôler votre installation au moyen d’une ou plusieurs télécommandes. La commande à distance montre son intérêt en cas de mauvaise météo. Prenons l’exemple d’une averse, vous restez dans le confort de votre véhicule pour actionner la manœuvre d’ouverture et de fermeture du vantail. Les automatismes de portail renforcent la sécurité pour accéder à une propriété. Le dispositif possède un mécanisme de blocage en position fermée. Ce système de verrouillage est inviolable et limite les intrusions. Le débrayage de ce mécanisme s’effectue seulement au moyen de télécommandes appareillées et une clé de contact.

Les composants d’un automatisme de portail

Un automatisme de portail est un moteur électrique à basse tension. Celui-ci nécessite un raccordement au réseau électrique pour fonctionner. Toutefois, certains kits peuvent intégrer un panneau solaire et une batterie de secours. L’installation reste alors opérationnelle même en cas de coupure de courant. Par ailleurs, le moteur de portail comprend une armoire de commande et un motoréducteur. L’armoire ou le coffret de commande abrite les pièces détachées électroniques de l’appareil. Souvent en matériau résistant et étanche, le coffret protège une carte électronique avec logique de commande. À noter que toutes les fonctions d’un automatisme de portail reposent sur cet ensemble. Sans la carte électronique avec logique de commande, l’ajout de composants comme les photocellules ou le feu clignotant ne peuvent se faire. Cela est aussi vrai pour les fonctionnalités comme le pilotage à distance. La carte électronique intègre un récepteur radio pour capter les signaux des télécommandes appareillées. Chaque touche d’un boîtier de commande est associée à une fonction précise. Le rôle de la logique de commande est de traiter le signal capté pour déterminer la fonction demandée. La logique de fonctionnement transmet ensuite les instructions au motoréducteur pour actionner la manœuvre d’ouverture ou de fermeture automatique.

Le motoréducteur constitue la partie mécanique d’un automatisme de portail. Celui-ci se fixe directement sur le vantail, cela afin d’actionner le mouvement de ce dernier. La mécanique du moteur change selon le type d’ouverture. Pour un portail coulissant, le moteur utilise un système de crémaillères avec un rail et poteau de guidage. À noter qu’un portail coulissant peut comporter des roues porteuses. Une motorisation pour portail battant comporte toutefois un bloc-moteur avec un bras articulé ou télescopique. Les moteurs à vérins hydrauliques sont aussi courants. En raison de ces différentes caractéristiques, le choix d’un automatisme de portail ne s’improvise pas.